Les séniors, heureux dans notre ville
Affichage pour les mal voyants

Seniors - 18.06.2018 - Marie-Claire Dufrêne

Les premiers résultats de l’enquête sur les séniors de notre ville ont été dévoilés le 18 juin. Les 55 ans et plus sont heureux de vivre à Ottignies-Louvain-la-Neuve, essentiellement grâce aux services et commerces. Très peu ont mentionné être dérangés par les nuisances sonores ou la malpropreté.


Vivre à Ottignies-Louvain-la-Neuve, c’est le bonheur ! Voilà en substance ce qui ressort de l’enquête du Centre de recherche en démographie de l’UCL, menée en partenariat avec la Ville et son Conseil consultatif des Aînés.

L’échantillon devait être de 750 personnes interrogées (375 habitants de Louvain-la-Neuve, 375 habitants d’Ottignies, Limelette et Céroux-Mousty), mais l’enquête était longue : beaucoup d’habitants n’ont pas souhaité y répondre. Au final, ce sont 372 personnes qui ont été interrogées : 265 de Louvain-la-Neuve, 107 d’Ottignies, Limelette et Céroux-Mousty.

« L’échantillon est représentatif de la population », assure le démographe Jean-Paul Sanderson, auteur de l’étude.

« Certaines observations sont porteuses d’enseignement pour l’ensemble du pays et permettront d’adapter les politiques pour favoriser un vieillissement harmonieux », constate l’économiste Vincent Vandenberghe, coordinateur de la recherche.

Pas gênés par le bruit

Quelque 92 % des personnes interrogées à Louvain-la-Neuve et 82 % dans le reste de la commune s’estiment satisfaites, voire très satisfaites de leur lieu de vie.

« A Ottignies comme à Louvain-la-Neuve, plus de 70% des 55 ans et plus ne trouvent pas qu’on entend trop les bruits de la rue », précise Jean-Paul Sanderson. « Ce résultat nous a surpris. Sans doute qu’ils ont choisi de s’installer dans la ville en connaissance de cause. »

Rien d’étonnant pour Francis Schwan, bientôt 88 ans, qui a quitté Molenbeek pour Louvain-la-Neuve il y a deux ans. « Ce n’est pas du bruit ! C’est de la joie, c’est de la vie, c’est extraordinaire ! », dit-il. « Depuis ma loge, au 1er étage de la Grand-Place, j’ai le théâtre devant moi, qui m’offre de nombreux sujets de réflexion. »

Autre résultat surprenant : le fait que plus de 80% des personnes interrogées possèdent toujours une voiture (70% chez les 80 ans et plus). « Ceux qui ont choisi d’habiter à Louvain-la-Neuve pour son piétonnier ne renoncent pas à la voiture pour autant. A l’avenir, cela devrait changer, puisque la voiture est de plus en plus décriée », estime Jean-Paul Sanderson.

Le démographe ajoute que l’habitant type de notre ville est titulaire d’un diplôme de l’enseignement supérieur et utilise beaucoup les nouvelles technologies.

Pour les commerces (pas la culture)

Au 1er juillet 2017, notre ville comptait 9163 habitants de 55 ans et plus, dont 44% arrivés après 2000.

Interrogés sur les raisons de leur installation à Ottignies-Louvain-la-Neuve, ils ont mentionné les facilités de déplacement (24%) ainsi que les services et commerces (21%). Pas l’offre culturelle, ni la présence de l’Université des Aînés…

Vincent Vandenberghe recommande l’humilité : on se fait parfois des idées fausses, que les enquêtes permettent de corriger. Les séniors n’ont pas non plus mentionné l’offre en soins de santé.

« Ils profitaient peut-être déjà de l’offre culturelle avant de s’établir à Ottignies-Louvain-la-Neuve », relativise Jean-Paul Sanderson.

Si les « enquêtés » sont heureux dans notre ville, ils ont toutefois mentionné deux points noirs : la mobilité (le manque de transports publics inter-quartiers) et le coût du logement, surtout à Louvain-la-Neuve (manque de logements sociaux, pour favoriser la mixité sociale).

« Ils ont souligné la dangerosité des vélos électriques, le manque d’emplacements de parking pour les résidents et leurs visiteurs (à Louvain-la-Neuve) ; l’entretien des voiries/infrastructures à améliorer pour les personnes à mobilité réduite, les espaces verts qui se réduisent et qu’il faudrait protéger. Très peu ont déclaré être dérangés par la malpropreté. »

Pour permettre d'adapter les politiques

Les résultats de l’enquête seront communiqués au « Living Lab » de l’UCL. Ce laboratoire à ciel ouvert regroupe des chercheurs aux profils divers (médecins, économistes, démographes, sociologues, urbanistes, psychologues, ingénieurs…), à l’initiative de la plateforme « Louvain4Ageing » qui favorise l’interdisciplinarité autour des questions relatives au vieillissement.

La Ville - qui a participé au financement de cette enquête à hauteur de 10.000€ - les utilisera pour ajuster ses politiques sociales, de logement, de santé…
Liens vers d'autres sites



Nous contacterGaleries photosVie privéeNotes légalesPlan du siteNewsAgendaAnnuaireDocumentsVos réactionsCrédits
FR NL EN DE ES
fermer