Avertissement
Crise sanitaire | Retrouvez toutes les informations sur la page Coronavirus-Covid-19
Coche verte
Navigation
Menu de navigation

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Vous êtes ici : Accueil / Actualités / De la tchernoDyle à l’iDyle

De la tchernoDyle à l’iDyle

Un chantier de nettoyage efficace, à l’arrière du Douaire.

Trois caddies, cinq pneus (dont un de camion), plus de 150kg de lingettes, cinq sacs de ferrailles, des centaines de canettes, la carcasse d’un scooter, une canne… même les os d’un chien mort découpé en morceaux, dans un sac plastique !

« Plus de 11m3 de crasses : la tchernoDyle ! », regrette Ann-Laure Furnelle, responsable de l’ASBL Aer Aqua Terra, qui encadrait un chantier de nettoyage de la Dyle à l’arrière du centre commercial du Douaire, du 23 au 27 août.

Les bénévoles – dont plusieurs habitants de notre ville – ont commencé par retirer les caddies, repérés lors du précédent nettoyage en août 2019. Ils les ont rapportés au magasin Delhaize, qui se chargera de leur évacuation.

L’opération s’est déroulée sous les yeux ébahis des passants, notamment les séniors de la résidence du Moulin voisine.

« Nous leur avons expliqué que ces vestiges ne datent pas d’hier : ils sont plein de vase. 75 ans de dégâts ! Et on n’a pas fini d’en trouver : c’est une lasagne, il y en a plusieurs couches. A chaque repasse sur les mêmes tronçons, nous sortons d’autres antiquités ! »

Ann-Laure Furnelle remarque qu’en dégageant tout ce bazar, la rivière gagne en ampleur et peu accueillir une plus grande quantité d’eau, ce qui réduit les risques d’inondation en cas d’orage.

Lauréate de Proximity

L’ASBL Aer Aqua Terra de Grez-Doiceau (Ann-Laure Furnelle, Marc Verheyden et depuis peu, Julien De Bundel) intervient régulièrement sur les cours d’eau du Brabant wallon.

Elle vient d’être retenue par le jury de Proximity (NDLR : une campagne organisée par notre Ville, avec le Réseau Transition et Be Planet) pour bénéficier d’une aide de 15.000€ (à partager avec six autres associations lauréates), grâce à un partenariat « Commune, citoyens, associations, entreprises ». Elle devrait aussi bénéficier d’un subside wallon.

« Ce sont de beaux encouragements. Nous reviendrons nettoyer la Dyle dès que possible, sans doute au début de l’année prochaine. »

Encouragements mérités. Car l’ASBL ne se contente pas de retirer les crasses de l’eau. Elle les trie avant de les acheminer vers les filières de recyclage adéquates (notre Ville se charge d’évacuer les déchets qui ne peuvent pas être valorisés)

Et parfois, elle est amenée à effectuer quelques « extras ».

« Cette semaine, nous sommes sortis de l’eau pour aller nettoyer la berge à hauteur du parking de la gare d’Ottignies. Un dépôt clandestin s’y trouvait, l’équivalent d’une remorque entière. Une horreur ! »

Ann-Laure Furnelle espère pouvoir un jour parler de l’iDyle, au lieu de la tchernoDyle. Mais une autre menace pèse sur la rivière : la renouée. Cette plante invasive gagne du terrain sur l’ensemble des berges, hélas.

« C’est encore pire que les déchets… »

Info : aeraquaterra.wordpress.com

Actions sur le document