Navigation
Menu de navigation

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Une maladie silencieuse: sensibilisation au diabète

Une maladie silencieuse: sensibilisation au diabète

error while rendering document-generation-link
Le Réseau Local Multidisciplinaire du Brabant wallon a organisé une action de sensibilisation au diabète de type 2, le 14 novembre à L’esplanade.

 

On estime qu’il y a entre 500.000 et 600.000 personnes diabétiques en Belgique, soit 1 personne sur 20. Le diabète de type 2, le plus fréquent, touche neuf diabétiques sur dix, et 30% d'entre eux ignorent qu’ils ont développé la maladie. Or, plus la maladie est dépistée tôt et correctement traitée, meilleures sont les chances d’éviter les complications parfois redoutables.

Le but de la Journée mondiale du diabète, le 14 novembre, est d'attirer l’attention sur l’enjeu de santé publique que constitue le diabète.

Crise énergétique oblige, le Collège communal n’a pas répondu favorablement à la demande de l’Association du diabète d’éclairer l’hôtel de ville à cette occasion. Mais il a souhaité relayer les événements mis en place localement, convaincu de l’utilité d’informer la population.

Parmi ceux-ci, une action de sensibilisation organisée par le Réseau Local Multidisciplinaire du Brabant wallon (RLM-BW) au centre commercial de L’esplanade, à Louvain-la-Neuve.

Un jus d’orange = 1 cola !

La promotrice du RLM-BW Maïté Dele Pedro et deux infirmières éducatrices en diabétologie - Dahlia Deblust et Laurence Bertrand - ont répondu aux questions des visiteurs sur les facteurs de risques et les complications liées à la maladie.

« Nous leur proposons de remplir un questionnaire pour évaluer leur risque de diabète : leur tour de taille, s’ils pratiquent au moins 30 minutes d’activité physique par jour, s’ils mangent des fruits et légumes tous les jours ou pas, si on leur a déjà prescrit des médicaments contre l’hypertension… », explique Maïté Dele Pedro. « Nous leur proposons aussi un petit contrôle glycémique et en fonction des résultats, les renvoyons éventuellement vers leur médecin traitant. Heureusement, nous n’avons pas eu de cas catastrophiques aujourd’hui. »

Une cinquantaine de visiteurs se sont arrêtés au stand d’information, une trentaine ont fait les tests.

« Les gens étaient très intéressés par les conseils diététiques, les fausses croyances et les préjugés sur les sucres et les graisses. Ils étaient surpris d’apprendre qu’un verre de jus d’orange contient la même quantité de sucres qu’un verre de cola, même si les oranges sont pressées à la maison. Mieux vaut manger le fruit entier ! »

Les Néolouvanistes Marcel Hazan et Marie Beaumont ont été enchantés de ce qu’ils ont appris. Retraités heureux, ils sont biens suivis médicalement, mais un petit contrôle de plus est toujours bon à prendre. « Je suis pré-diabétique depuis 20 ans, ma glycémie est trop élevée, ce pour quoi je prends des médicaments », confie Marcel. « Ce n’est pas une source d’inquiétude, car je bouge beaucoup : 8-9km tous les matins autour du lac à du 6km/h, 2-3km l’après-midi avec madame à Courbevoie ! »

Ils sont repartis avec différents documents, pour compléter leurs connaissances sur la maladie.

La sensibilisation s’est déroulée l’après-midi et le début de soirée, pour toucher un maximum de personnes, toutes générations confondues.

(MCD - 15/11/22)

Actions sur le document